Ambiance Sud Est Accueil

Coup de coeur du mois

Prenez-en plein les yeux !

La Fête des lumières se tiendra cette année du jeudi 5 au dimanche 8 décembre. Du quartier de Perrache à la Tête d’Or en passant par Bellecour ou les Terreaux, « la plus belle et la plus lyonnaise des fêtes », comme l’a qualifiée le maire Gérard Collomb, vous invite à une balade onirique et spectaculaire.

 

Les incontournables

Place Bellecour, Prairie éphémère, de Tilt et Porté par le vent. Devenez fourmi en vous promenant parmi les « pampas » de 3,50 à 4,50 mètres de haut imaginées par François Fouilhé, du collectif Tilt et en admirant les Luminéoles de Christophe Martine, sortes de poissons volants géants gonflés d’hélium. « Nous voulions repeupler la place Bellecour, occuper la terre et le ciel ». Luminéoles et graminées géantes en aluminium joueront ensemble et se répondront lors d’un spectacle conté suivi d’une séquence où vous pourrez vous promener librement.

 

Fourvière, Les cueilleurs de nuages, de Cozten. Du palais de justice au chevet de la basilique, de la cathédrale Saint-Jean jusqu’au jardin du Rosaire, c’est la colline entière qui deviendra le terrain de jeux de géants gentiment écolos : ils devront cueillir des nuages pour faire pousser une fleur entre les colonnes du palais de justice. « C’est une fresque qui rend hommage à l’écologie et à notre environnement, une histoire fondée sur des prouesses technologiques », admire Yann Cucherat, adjoint au maire chargé des grands événements.

 

Cathédrale Saint-Jean, Genesis, de Théoriz studio. Jeune pousse lyonnaise devenu grand nom du spectacle audiovisuel immersif, Théoriz propose une création sur l’origine du monde, mêlant nature primitive et flux de données ultra-moderne. « Un des joyaux de la fête », estime Jean-François Zurawik, coordinateur de la Fête des lumières.

 

 

Place des Terreaux, Une toute petite histoire de lumière, de Spectaculaires, les allumeurs d’images. C’est le grand retour de la place des Terreaux, en travaux l’an dernier ! Souffleurs de verre, allumeurs de réverbères, lueur de la lune… Spectaculaires, les allumeurs d’images rend hommage tout à la fois aux métiers anciens et à l’architecture lyonnaise. Un moment poétique, suspendu et paradoxal, puisqu’on aura « presque l’impression de découvrir Lyon à la faveur d’une panne électrique », rêve Jean-François Zurawik.

 

Les autres coups de cœur

Grand Hôtel-Dieu, Coda, du collectif Scale et Lucie Antunes. Dans la cour du Midi du Grand Hôtel-Dieu, vingt bras articulés entameront un ballet lumineux et virtuel porté par la musique originale de Lucie Antunes. Entre « kung-fu laser » et performance artistique millimétrée, la robotique se fera organique et interrogera la place de l’homme face à la machine.

 

 

 

Rue du président-Carnot, Microcosmos, de Mindscape studio et Ygreq Interactive. Une structure métallique composée de 20 faces transparentes et réfléchissantes est posée au sol. Le jour, elle renvoie l’image de son environnement. De nuit, elle devient source lumineuse. Effet hypnotique garanti !

 

Parc de la Tête d’Or, Regarde, du Groupe F. Cocons, lucioles, papillons… Il faudra suivre la lumière qui vous guidera le long des berges du Rhône jusqu’à la Tête d’Or, pour découvrir « un des points forts de la fête », indique Jean-François Zurawik. Le scénographe Christophe Berthonneau a imaginé le parc comme un refuge, pour les humains, comme pour la biodiversité menacée : silhouettes géantes dans les arbres comme un hommage aux grands primates, jeux de reflets sur le lac pour « célébrer les animaux bioluminescents des profondeurs », refuges terrestres… « Avec Regarde, je voulais rappeler qu’il est des trésors qu’il suffit de regarder pour s’enrichir », souligne le créateur.

 

Rives de Saône, Une rivière de lumières, par le groupe Poïesis.

20 000 bougies flottantes et autant de messages, 200 kayaks porteurs de lumières… Et un grand moment de poésie avec cette évocation de l’origine de la Fête des lumières, dimanche 8 décembre à 19h. Inspirées des traditions indiennes, les petites embarcations transiteront de la passerelle Saint-Vincent à Saint-Georges. Chacune portera un vœu que l’on pourra rédiger place de la République et place Bellecour.